Articles récents
AccueilNouvellesM. Buuma Maisha, intervenant de la LIF, parle de la cérémonie du prix Nobel de la paix 2018

M. Buuma Maisha, intervenant de la LIF, parle de la cérémonie du prix Nobel de la paix 2018

Par les Services de bien-être et moral des Forces canadiennes –

Docteur en counseling, en psychothérapie et en spiritualité, M. Buuma Maisha est un psychothérapeute et professeur à l’Université Saint-Paul. Depuis 2014, il apporte son soutien aux membres des Forces armées canadiennes et à leur famille à titre d’intervenant de la Ligne d’information pour les familles. Il se rend aussi régulièrement à la République démocratique du Congo afin de faire du travail clinique, de donner de la formation et d’assurer la surveillance de thérapeutes qui travaillent avec des enfants et des femmes victimes de viol.

Au fil des ans, M. Maisha a axé sa recherche et son travail sur la violence sexuelle utilisée comme tactique de guerre. Une de ses publications, « Les Tabous sexuels transgressés : Viol en temps de guerre » s’aligne étroitement sur le travail et les efforts de l’Hôpital de Panzi à Bukavu.

Il n’est pas surprenant que M. Maisha ait passé du temps dans cet hôpital de Panzi, où son estimé fondateur, le Dr Denis Mukwege, a traité des dizaines de milliers de personnes violées par des rebelles armés. M. Maisha a rencontré le Dr Mukwege pour la première fois en 2016 et les deux collaborent professionnellement depuis.

Le Dr Mukwege et Mme Nadia Murad, aussi une activiste en droits de la personne, ont récemment reçu le prix Nobel de la paix de 2018 pour leurs efforts visant à mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre. M. Maisha a été invité à assister à la cérémonie et à présenter ses constatations sur la diaspora congolaise pendant le gala du prix Nobel de la paix.

Maisha se rappelle que de voir Mme Murad et le Dr Mukwege côte à côte pendant la cérémonie lui a donné beaucoup d’espoir de guérison et de justice pour les trop nombreuses victimes de viol dans le monde. « C’était un moment où des gens et des communautés du monde entier ont joint leur voix à celle des colauréats pour dire non à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre. »

Selon M. Maisha, cette année, le prix Nobel de la paix a mis ce problème en lumière sur la scène mondiale, ce qui souligne l’importance de la mobilisation de plus de soutien (particulièrement politique, économique et juridique) pour les personnes, les communautés et les organismes qui s’emploient à appuyer les survivants et à mettre fin à cette violente pratique de guerre.

« En reconnaissant le travail du Dr Mukwege et de Mme Murad, le comité du prix Nobel de la paix a donné une voix plus forte aux survivants et à ceux qui les écoutent et qui agissent pour leur bien-être. Ce prix de 2018 a été très spécial pour moi compte tenu de mon propre dévouement à ce problème; ce fut un honneur d’y assister et encore plus d’y être invité. », conclut M. Buuma Maisha.

Article courtoisie des Services de bien-être et moral des Forces canadiennes

Cet article est également disponible en : English (Anglais)

Pas de commentaires

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :