Articles récents
AccueilNouvellesUne collaboration artistique civilo-militaire prend l’affiche au Musée canadien de la guerre

Une collaboration artistique civilo-militaire prend l’affiche au Musée canadien de la guerre

Par Joseph Fusco, Le Gardien – 

Tous les deux ans, le Musée canadien de la guerre accueille une exposition spéciale consacrée au Programme d’arts des Forces armées canadiennes (PAFC), où des artistes civils talentueux peuvent exposer les œuvres d’art qu’ils ont créées grâce à ce partenariat établi en 2001 entre le Musée et la Direction – Histoire et patrimoine du ministère de la Défense nationale.

Pour l’édition 2020, l’exposition présente des œuvres d’art réalisées par six membres civils qui ont été choisis pour travailler en étroite collaboration avec des membres des Forces armées canadiennes (FAC) entre 2016 et 2018. Alors que certaines années du PAFC ont fait voyager les artistes dans le monde entier en compagnie de membres déployés des FAC, l’objectif du groupe de cette année était de rester sur le sol canadien pour voir comment les membres des FAC travaillent à la maison. La cohorte 2020, c’est-à-dire Philip Cheung, Rosalie Favell, Aislinn Hunter, Simone Jones, Emmanuelle Léonard et Andreas Rutkauskas, a observé des opérations de recherche et de sauvetage, le contrôle des avalanches et des exercices militaires multinationaux. L’exposition comprend également un dessin de l’artiste inuit Timootee (Tim) Pitsiulak, qui a participé au PAFC en 2010 et a basé son dessin en partie sur ses propres expériences en tant que membre des Rangers canadiens.

Rangers John and Steven Ukuqtunnuaq and Simon Tucktoo, King William Island (Les rangers John et Steven Ukuqtunnuaq et Simon Tucktoo, sur l’île King William), 2017 Philip Cheung Photographie en couleur Avec l’aimable autorisation de la Circuit Gallery

« L’art militaire joue depuis longtemps un rôle important dans la représentation de l’histoire du Canada, » a déclaré Caroline Dromaguet, directrice générale par intérim du Musée de la guerre. « C’est avec plaisir que nous présentons une exposition d’œuvres créées par des artistes du plus récent groupe du PAFC. Ces œuvres illustrent des thèmes contemporains qui ont une large résonance et contribueront à la compréhension de ce que signifie servir au sein des forces militaires canadiennes sur le front intérieur. »

Alors que certains peuvent croire que la seule forme d’art se trouve dans les peintures, l’art exposé dans le PAFC – Groupe 8 variait de photographies, de dessins, de documentaires narratifs, de portraits et de capsules vidéo. Les différentes formes d’art permettent aux visiteurs du musée de vivre différentes émotions et de se connecter différemment au travail de chaque artiste, à leur manière.

Chaque œuvre d’art a un lien avec les FAC, même si l’artiste n’a absolument aucun lien avec l’organisation. Quelques-uns des artistes avec lesquels le Gardien a eu la chance de s’entretenir pensaient foncièrement que même s’ils n’avaient aucun lien immédiat avec les FAC, ils estimaient qu’il était presque obligatoire en tant que citoyen canadien d’aller voir ce que c’était que de faire partie des FAC. Aislinn Hunter est le créatrice de « Un mot et un corps, ce n’est pas pareil », une vidéo consacrée à la formation pour l’exercice PRECISE au Gardien : «Il y a toujours un respect lointain pour nos hommes et nos femmes en uniforme, mais une fois que vous êtes avec eux de près comme je l’ai été pendant neuf jours, vous commencez à ressentir encore plus de respect qu’auparavant. Le fait d’être aussi proche fait le pont entre le statut de civil et celui de militaire. »

Alors que le thème principal de cette exposition était le Grand Nord canadien, certains artistes n’ont pas eu la chance d’atteindre les terres les plus septentrionales de notre pays. Cela n’a pas empêché des artistes comme Simone Jones, qui a créé le documentaire narratif « Rescue », de créer son œuvre. « Je voulais monter dans le nord », a-t-elle déclaré, « mais il ne fait aucun doute dans mon esprit que même si je n’en ai pas eu la chance, je voulais profiter de cette fantastique opportunité. » Simone a fini par être envoyée à la BFC Gander (T.-N.-L.) pour capturer le travail du 103e Escadron de recherche et sauvetage. Son travail était incroyablement rigoureux car les cinq jours de son déploiement ont été passés à bord d’hélicoptères SAR pendant que l’équipe SAR suivait des exercices d’entraînement. Ce n’est que lors de son cinquième et dernier jour qu’un appel est arrivé. C’est à ce moment qu’elle a su que cet appel allait être au cœur de son documentaire narratif. Une partie du documentaire que Simone a souligné était l’élément de comparaison. « La juxtaposition qui a été créée entre mon ami proche, le Caporal Danno Schut, qui travaillait avec le 442e Escadron de la BFC Comox et est maintenant à la retraite et un tout nouveau membre de l’équipe SAR de la BFC Gander, constitue une partie de mon travail dont je suis extrêmement fière, » a-t-elle ajouté.

Comme il a été mentionné auparavant, l’un des thèmes principaux était le voyage de plusieurs artistes dans le Grand Nord canadien afin que ceux-ci passent du temps avec les divers groupes de membres des FAC qui y sont affectés. Philip Cheung est l’un des six artistes qui a eu la chance d’y aller. Il a été déployé dans le cadre de l’opération NANOOK à Rankin Inlet, en plus d’avoir accompagné une patrouille distincte des Rangers canadiens basée à Taloyoak, au Nunavut. Philip est également l’un des rares artistes qui a un lien direct avec les FAC, car il a été réserviste à l’adolescence et a été en formation avec la patrouille de Gjoa Haven à l’île King William, dans le Grand Nord. « Je veux que mes photos résonnent avec les téléspectateurs de diverses manières. Je veux qu’ils voient les Rangers canadiens dans le Nord, mais en même temps, je veux qu’ils voient à quoi ressemble l’ère post-Afghanistan pour les membres des FAC », a-t-il expliqué. « J’ai l’impression que mes photos ont la capacité de transmettre ces messages. » Philip a découvert que ses trois semaines passées dans le Grand Nord lui ont permis de saisir l’essence de la vie des FAC tout en étant en mesure de solidifier le (s) message (s) que ses photos véhiculent.

Le Programme d’arts des Forces canadiennes – Groupe 8 a ouvert ses portes le 13 février 2020 au Musée canadien de la guerre et sera présenté au public jusqu’au 18 mai 2020. Pour obtenir davantage d’informations sur l’exposition, visitez le https://www.museedelaguerre.ca/event/le-programme-darts-des-forces-canadiennes-groupe-8/?_ga=2.231895071.1879072581.1582572236-2016793179.1582572236. Si vous souhaitez en savoir plus sur le Programme d’arts des Forces armées canadiennes, consultez le https://www.canada.ca/fr/services/defense/fac/envedette/programme-arts.html

Photos gracieuseté du Musée canadien de la guerre

Cet article est également disponible en : English (Anglais)

Pas de commentaires

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: